Google expérimente les ebooks en HTML5

Après ChromeExperiments et The Wilderness Downtown, Google continue d’évangéliser le marché sur les capacités d’HTML5 avec un nouveau projet : 20 Things I Learned About Browsers and The Web. Il s’agit en fait d’un livre numérique (sur le même modèle que ce qui existe en Flash comme le FluidBook) qui vulgarise le web au travers d’explications courtes et d’illustrations enfantines :

Le livre numérique de Google en HTML5

Outre la qualité de la réalisation (mise en page, traitements graphiques), ce sont les animations et interactions qui sont les véritables vedettes de ce livre :

  • Le bord de la page se corne au survol de la souris ;
  • Les pages se tournent comme sur un vrai livre ;
  • Certaines illustrations sont animées ;
  • Il est possible de sauter directement à une page en cliquant sur la frise sous le livre.

Rien de très révolutionnaire, si ce n’est que tout est réalisé en HTML5, CSS3 et javascript. En quoi est important ? D’une part ce livre électronique ne repose sur aucune technologie propriétaire, mais chaque page possède sa propre URL et son contenu est parfaitement référencable (comme une page HTML en fait !).

L'index du livre

Cerise sur le gâteau, il existe même un mode de lecture à fort contraste pour lire au lit :

La version nuit

Au niveau du code source, vous pouvez aller vérifier vous même, mais c’est bien une page web traditionnelle :

Le code source

Vous pourriez me dire que cette première expérimentation signe l’arrêt de mort du format propriétaire iBooks d’Apple, mais les choses ne sont pas si simples, car ce livre électronique est illisible sur un iPad (malgré le fait que Safari utilise le même moteur de rendu que Chrome) :

Le livre électronique en HTML5 illisible sur l'iPad

Au-delà de cette (surprenante) incompatibilité, d’autres raisons font que cette expérimentation n’est pas réellement viable :

  • Il existe déjà un format ouvert pour les livres électroniques (ePub) qui fonctionne très bien et de plus sait gérer les DRM (et qui de plus est soutenu par Google : Google Now Offers Over a Million Free Ebooks in EPUB Format) ;
  • Les nombreux autres formats proposés par les constructeurs de e-readers (Comparison of e-book formats) ne vont certainement pas disparaitre, car il existe un important fonds documentaire à rentabiliser ;
  • Les e-readers ne sont pas assez puissants pour faire tourner un navigateur moderne comme Chrome.

Bref, cette expérimentation ressemble plus à une opération d’intimidation (voir de propagande) qu’à une réelle volonté de bouleverser le secteur des livres électroniques. Elle s’inscrit donc dans la stratégie à long terme de Google (cf. Google à l’assaut d’iTunes et d’iOS avec Chrome et HTML5 ?).

Bon ceci étant dit, je commence à voir de plus en plus d’initiative de remplacement de Flash par HTML5. Le lancement de Aviary HTML5 photo editor en est un bel exemple. Encore une fois, n’y voyez pas un signe de la mort prochaine de Flash (Pourquoi HTML5 et Flash ne peuvent être comparés) mais plutôt le retour sur le devant de la scène des technologies standards (CSS3 et javascript seront-elles les technologies RIA du future ?).

/!\ Article initialement publié sur InterfacesRiches.fr.

Les commentaires sont fermés

jQuery s’impose dans le monde javascript et s’exporte sur mobile

Connaissez-vous jQuery ? Mais si enfin, la fameuse bibliothèque javascript open source. Pour vous la faire courte : javascript est un langage très tolérant, mais pas très rigoureux. Il existe donc une multitude de façons de faire la même chose (plus ou moins efficaces). Avec jQuery, vous n’avez pas à réinventer la roue et bénéficiez d’un ensemble de fonctions (parcours et modification du DOM, gestion des événements, nombreux effets graphiques et animations, manipulation de CSS…) livrées dans un fichier de 179 Ko (26 Ko dans sa version compressée). Il existe quantité de ressources et tutoriels sur jQuery donc je ne m’attarde pas dessus (plus d’infos sur la page Wikipedia ou sur cette comparaison des bibliothèques javascript).

Pourquoi parler de jQuery ? En fait pour plusieurs raisons :

  1. jQuery est petit à petit en train de s’imposer comme LA bibliothèque de référence auprès de la communauté, mais également auprès des grands éditeurs (Microsoft Adopts Open-Source jQuery JavaScript Library et Adobe Heart’s jQuery) ;
  2. Une nouvelle version vient de sortir (jQuery 1.4.3 released) et apporte visiblement des gains importants de performance et de stabilité (je ne suis pas un expert, mais c’est ce que j’ai lu à droite et à gauche) ;
  3. Une version mobile vient d’être proposée en version alpha (First release of jQuery Mobile) et elle repose sur le même noyau.

En quoi jQuery Mobile est-il une révolution ? C’est une révolution, car cette bibliothèque permet de faire des interfaces riches sur terminaux mobiles, TOUS les terminaux mobiles (iOS, Android, WebOS, BlackBerry OS, Windows Mobile, Symbian, MeeGo, Bada…) le tout pour seulement 9 Ko.

Cette bibliothèque permet notamment de réaliser des interfaces mobiles qui ressemblent à une application, mais sont tout à fait standard car réalisées en HTML, CSS… et javascript. Je vous invite donc à tester ça en saisissant l’UL suivante sur votre smartphone : http://jquerymobile.com/demos/1.0a1/.

Des interfaces riches sur votre smartphone avec jQuery Mobile

Cette première version de jQuery Mobile est particulièrement riche car elle gère les contraintes d’enrichissement progressif, de dégradation élégante, d’accessibilité, de performance, de simplicité de mise en oeuvre et supporte même les interactions tactiles et les thèmes graphiques. C’est donc une très bonne nouvelle pour l’uniformisation des interfaces riches mobiles (Rich Mobile Application).

Exemple d'éléments d'interface avec jQuery Mobile

Une fois cette première version finalisée, les smartphones seront définitivement en avance sur les ordinateurs traditionnels en ce qui concerne l’exploitation d’HTML5 et de javascript (Ce que jQuery Mobile nous apprend sur le Web Mobile).

Non seulement ceci va rééquilibrer le rapport de force entre sites web mobiles et applications mobiles (limitant ainsi la dépendance à l’opérateur de la marketplace) mais va surtout permettre d’accélérer le déploiement du rich commerce mobile.

/!\ Article initialement publié sur InterfacesRiches.fr.

Les commentaires sont fermés